Contact :
Jan FLAAM
coustets@orange.fr
05 62 31 70 83

Notre démarche développement durable, écologie et préservation de l'environnement

Cliquez pour agrandir l'imageNotre perception de la vie et de la nature nous a conduit tout d'abord à venir vivre à la campagne (depuis 2001) et à engager des démarches de respect de l'environnement en limitant au maximum les dépenses. Economie et écologie peuvent très souvent rimer contrairement aux idées reçues. Il est vrai qu'il ne faut pas avoir peur de recycler, d'inventer, de développer, d'innover. Halte au gaspi, place à la réflexion et à l'imagination... OSONS !!

CONSTRUCTION DE LA MAISON

Nous souhaitions construire en bois mais à l'époque (2001) le permis nous a été refusé… ceci dit les termites étant aux portes de chez nous ce n'est peut-être pas plus mal finalement. L'enduit extérieur a été réalisé avec un mélange chaux, sable et ciment.
Cliquez pour agrandir l'image
Pendant les travaux
Cliquez pour agrandir l'image
Aujourd'hui
- L'isolation -
  L'isolation a été une priorité absolue. Cela permet de conserver à la fois la chaleur produite l'hiver et le frais l'été. 
Jan venant de Norvège, et vous connaissez la réputation et l'expérience de la Scandinavie, il a appliqué et modifié un peu les méthodes appliquées là-bas. On est parti du principe de " qui peut le plus, peut le moins ". La France en est encore à ses balbutiements quant à l'isolation et ses techniques, la Norvège, elle, a une très longue expérience mais a d'abord, comme la France depuis peu, tâtonné avant de parvenir à une isolation efficace et performante.
Aussi, Jan a mis dans les murs 20 cm d'épaisseur, et  27 cm dans les plafonds, d'isolation faite " maison " par nos soins, réalisée à partir de papier journal déchiqueté (il est vrai que cela prend énormément de temps). Le tout est retenu par un film d'isolation alu multicouche pour les murs, côté intérieur, et un film polyane pour le plafond côté intérieur, afin d'éviter que l'humidité intérieure (que nous produisons en respirant) ne traverse le mur en migrant vers l'extérieur et se transforme en eau, lorsqu'elle rencontre le point de rosée et ne détruise alors l'isolation qui pourrirait inexorablement.
La notion de respiration a été abandonnée depuis des décennies en Scandinavie car inefficace et illusoire. Sans ce film, l'isolation pourrit et tombe avant dix ans. Une isolation humide perd de son efficacité comme un pull mouillé ne peut plus garder la chaleur du corps. N'oublions pas que c'est l'air sec contenu dans le matériel isolant qui isole.  L'humidité contenue dans l'isolant migre à travers le mur et réduit la capacité d'isolation. De plus cette humidité, qui ne peut s'accumuler indéfiniment dans le mur, doit s'évaporer et produit alors un refroidissement supplémentaire comme le fait toute évaporation.
Nous vivons dans cette nouvelle maison depuis l'été 2008 et avons donc vécu 3 hivers et 4 été... la maison est étonnamment très confortable : fraîche l'été et chaude l'hiver sans pour autant utiliser beaucoup de bois (voir plus bas "énergie" pour plus de détail). Le taux d'humidité à l'intérieur est très bas l'hiver : aux alentours de 20 %.
- Les fenêtres -
Toutes nos fenêtres sont en double vitrage, soit en PVC soit en aluminium, en 4x16x4 argon. Nous souhaitions des triples vitrages, mais à l'époque en 2001, impossible d'en trouver en France. Il aurait alors fallu les faire venir d'Allemagne ou de Scandinavie et cela aurait représenté un coût exorbitant ! Aujourd'hui en France on commence à en trouver, encore un peu cher... mais cela viendra !
Jan ayant vécu en Norvège plus de 27 ans, il avait expérimenté le triple vitrage, et il s'était rendu compte de ses performances. En effet, passer du double au triple vitrage, permet d'obtenir des performances comme de passer du simple au double.
Nous avons des baies vitrées (240*215) exposées sud et ouest. Une partie est abritée par la terrasse couverte. Ainsi, en été le soleil passe au dessus et la terrasse nous protège de trop de soleil mais par contre l'hiver, le soleil passant plus bas il rentre par les baies vitrées et participe ainsi à chauffer la maison. Nous envisageons de fermer la terrasse (avec des vitres amovibles l'été) afin d'amplifier le phénomène l'hiver et de nous protéger du froid et des tempêtes même si elles sont occasionnelles.

L'ENERGIE

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
- Le chauffage bois -
Jan a transformé un simple insert vitré en véritable " poêle de masse chaudière" qui chauffe la grande pièce à vivre de la maison (salon, salle à manger, cuisine et entrée), quelques radiateurs (chambres) et chauffe l'eau sanitaire. Notre consommation de bois a été réduite de moitié  par rapport à un poêle standard Jøtul que nous avions auparavant.

A notre arrivée sur la propriété en 2001 Jan a acheté une chaudière à bois mais qui consommait beaucoup trop de bois à son gout et en 2011 il a enfin eu le temps de lui adjoindre un "cyclône" pour en faire une chaudière à condensation qui fonctionne très bien. La consommation de bois a été divisée par trois et n'est plus que de quatre à six stères de bois pour chauffer deux maisons qui totalisent env. 200m²habités en hiver.
- L'électricité -
Pour l'instant nous sommes reliés à EDF puisqu'on n'a pas vraiment un réel choix. Les panneaux solaires ne peuvent pas être utilisés en autonomie et doivent obligatoirement être raccordés au réseau et racheté par EDF. L'investissement est assez lourd et pas vraiment rentable car, d'une part, EDF signe un contrat à l'installation avec un prix x mais à tout moment peut modifier (c'est le cas en 2011) le prix de rachat et le baisser, et d'autre part, les aides sont en train de chuter et sont amenées à disparaître. De plus l'entretien peut s'avérer beaucoup plus coûteux à la longue : changement de l'onduleur, réparation ou perte d'efficacité des panneaux photovoltaïques avec le temps...
- Les appareils électriques -
Par contre, nous avons choisi tous les appareils électriques (au fur et à mesure des rachats) en fonction de leur puissance et performance énergétique (A ou A+). La plupart des ampoules de la maison sont à économie d'énergie sauf celles trop près de nos têtes (nocivité à - d'un mètre), du moins tant qu'on a nos réserves d'ampoules à incandescence en attendant une amélioration des nouveaux systèmes (led et autres...).

L'EAU FROIDE ET L'EAU CHAUDE

Cliquez pour agrandir l'image
Le puits
Cliquez pour agrandir l'image
Le panneau solaire maison
- L'eau froide -
Les sanitaires (lavabo, douches, toilettes) mais aussi toutes les machines telles que lave linge et lave vaisselle sont alimentés par l'eau du puits. Seuls les éviers sont alimentés, pour l'eau froide, par le réseau afin d'assurer une sécurité sanitaire de l'eau pour la consommation.
- L'eau chaude -
L'eau chaude est l'eau du puits qui est chauffée par différents procédés au cours de l'année.
* L'été (enfin plus ou moins 8/9 mois selon les années) l'eau est chauffée par le soleil. Non, non pas un système hors de prix mais une fabrication maison.
* L'hiver c'est l'insert-poêle de masse ou la chaudière qui chauffe l'eau chaude sanitaire.
* Exceptionnellement en été lorsqu'il n'y a pas de soleil pendant + de 4 jours d'affilée (ce qui est très rare) on est obligé de mettre de l'électricité pour avoir de l'eau chaude. Mais cela n'arrive qu'une ou deux fois par an... et encore pas tous les ans !

MENAGE ET ENTRETIEN

- Ménage, produits -
Nous utilisons au maximum la microfibre pour la poussière, les vitres, les miroirs... pour ne pas utiliser de produits nocifs ou polluants. Pour le sol, pas de produits ou très peu de vinaigre blanc si nécessaire, un balai microfibre et hop... pas trop d'eau et c'est propre. L'aspirateur est encore utilisé pour l'instant. Nous étudions comment réduire son utilisation. Un des rares produits chimique encore utilisé est pour les toilettes. Nous avons essayé de nombreux produits verts ou dits verts mais ils nous sont apparus insuffisants pour les toilettes. On va trouver d'autres solutions !
- Lavage et séchage -
  • Le linge est lavé avec peu de lessive liquide (+/- 1/4 à 1/3 de dose habituelle). Nous utilisons une boule contenant des billes en céramique qui permet de laver le linge sans trop de lessive, et l'eau est celle de notre puits. Nous utilisons également les programmes 30 et 40 degrés la plupart du temps qui sont bien suffisants.
  • Nous n'utilisons plus d'assouplissant. Pour le remplacer, des boules en caoutchouc (réutilisable à l'infini) qui battent le linge et permettent qu'il soit tout moelleux sans polluer.
  • En plus le linge va sécher à l'air libre, non pollué et frais. Le linge sent très très bon. Nous n'utilisons donc pas de sèche linge.
- Repassage -
Pour notre linge personnel, nous repassons rarement : vêtement qui ne le nécessite pas, séchage au grand air... Il est vrai que pour l'instant nous repassons votre linge de lit et de toilette. Pourquoi pas vous proposer sur option de ne pas le faire ? Le linge sent très bon du fait qu'il sèche en plein air.

LE JARDIN, LA VIGNE ET LE POTAGER

Avec plus de 3 hectares (30 000 m²) il y a du travail et de l'entretien toute l'année ! Il a fallu faire des choix et avoir des priorités. Il y a 1 ha de bois (fourniture du bois de chauffage : depuis 10 ans nous chauffons avec le bois mort récupéré, nous n'avons jamais abattu un seul arbre !), 1 ha de prairie (c'est là que vivent nos 6 chèvres) et +/- 1 hectare avec la maison, le potager, le verger, 2500 m² de vignes …
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
- Le jardin -
  • Pas ou peu d'arrosage. Nous avons mis en place des citernes de 1000 l chacunes afin de pouvoir récupérer l'eau de pluie du toit et arroser les plantes et fleurs près de la maison.
Nous avons mis en place également de l'arrosage automatique pour un certain nombre de plantes afin d'économiser l'eau (du puits, de la marre ou des citernes) et maintenir en vie nos fleurs. Nous restreignons les lieux plantés de fleurs autour de la maison et à l'entrée de la propriété. Le reste de la propriété est donc en grande partie totalement naturel.
Nous privilégions les plantes vivaces (qui restent en place toute l'année) qui fleurissent en général d'avril-mai aux gelées (au moins jusqu'en novembre voire plus tard) et qui supportent à la fois le gel et la sécheresse. Nous bouturons énormément afin de multiplier à moindre coût les fleurs et plantes qui se plaisent ici.
Jan étant apiculteur, il privilégie également les plantes mellifères afin d'aider nos abeilles à trouver plus facilement et au plus proche du rucher leur pitance.
  • Nous utilisons également l'eau du puits, des marres, de la fontaine et d'une retenue d'eau que nous avons " construite "
  • L'herbe, non pas le gazon, est tondue dès que cela devient nécessaire et l'herbe est utilisée pour enrichir la terre du potager. C'est vrai que c'est très joli une belle pelouse tondue comme du velours et verte mais l'eau est précieuse et la nature nous a donné une verdure belle par elle-même bien plus résistante si on ne sème pas de gazon.
- Le potager, la vigne et le verger -
Tout est cultivé sans aucun apport de produits et traitements chimiques. La plupart des légumes sont issus de semis ou plants bio.
La terre est amendée par toutes les coupures d'herbes de l'année et les feuilles mortes. Ainsi, la terre est meilleure, ne nécessite pas d'eau même par fortes chaleurs. Nous n'arrosons jamais le potager.
  • La vigne, de 2 500 m², était là quand nous sommes arrivés il y a 10 ans (2001). Il a fallu apprendre à l'entretenir, la tailler, cultiver les rangées, vendanger, presser le raisin, vinifier... tant de métier à découvrir. Finalement le choix s'est imposé à nous : aucun traitement à aucun moment de l'année.
  • Le potager produit, selon les années et le temps que l'on a pu y consacrer, toutes sortes de légumes excellents car indemnes de traitements quels qu'ils soient. Le vrai goût retrouvé a été une vraie découverte !
  • Le verger existait avant notre arrivée et nous avons continué à planter différents arbres fruitiers : cerisiers, pommiers, poiriers, figuiers, pruniers...

LA PISCINE

Cliquez pour agrandir l'image    
  • Il est vrai que nous aurions voulu créer une piscine naturelle mais notre terrain est vraiment en pente et donc ce n'est pas aisé. Mais Jan ne s'avoue pas vaincu et cogite à trouver des solutions. En attendant, et au départ pour les filles quand elles étaient gamines, on a mis en place une piscine hors sol. Le but n'est pas d'offrir un bassin olympique mais de permettre de se rafraîchir les jours de chaleur. Nos hôtes apprécient la vue incroyable qui s'offre à leurs yeux.
  • La pompe ne tourne pas en permanence, seulement lors du nettoyage et quand des personnes se baignent. On n'a pas changé l'eau depuis plusieurs années et elle est d'excellente qualité. Bien sûr on met du chlore, et contrôle le PH régulièrement. On ne fait que rajouter de l'eau du puits lorsque c'est nécessaire. On la vide un peu l'hiver pour lui permettre de geler sans dégât quelques jours par an. On cherche d'autres moyens de traiter l'eau de façon satisfaisante mais sans engager des frais importants pour l'instant.

LE TRI SELECTIF, LE RECYCLAGE ET LE COMPOST

- Le tri sélectif -
Dans notre canton a été mis en place le ramassage sélectif donc obligation de faire le tri sélectif en amont. Ceci dit nous allons encore plus loin et essayons de jeter le moins possible. Le ramassage se fait une fois par semaine et il arrive qu'il n'y ait rien à jeter (autre que ce qui est utilisable, à brûler, à composter ou recycler).
- Le compost -
Bien entendu, tout ce qui peut l'être est jeté dans le compost : épluchures de fruits et légumes, fleurs et feuilles mortes, restes alimentaires... A terme, oui c'est un peu long, on obtient grâce au travail des vers de terre notamment, une terre très légère et très riche.
- Le recyclage -
Dès que cela est possible, nous réutilisons les emballages, les bouteilles plastiques, les canettes en alu, les cagettes, les sacs, le papier, les journaux etc...
Nous allons aussi régulièrement dans les vide greniers, Emmaüs, les trocs et autres solderies... c'est fou ce que l'on peut y trouver en excellent état. Souvent juste un coup de propre ou de peinture... et c'est utilisable tel quel, et parfois une transformation plus profonde s'impose.

L'ASSAINISSEMENT

Le tout à l'égoût n'est pas mis en place (et ne le sera probablement jamais) dans notre commune. Aussi nous avons mis en place deux fosses sceptiques et ensuite un double filtre planté. C'est à dire que les eaux usées, après être restées quelques temps dans la fosse, passent par deux filtres plantés de roseaux et diverses autres plantes qui filtrent et évacuent enfin le tout vers une marre contenant des poissons, des nénuphars... Ce système n'est pas toujours homologué selon les départements ! Et pourtant c'est efficace et beaucoup moins polluant, mais demande, il est vrai, plus de surveillance pour qu'il ne manque pas d'eau dans les filtres.
Cliquez pour agrandir l'image
chambre d'hotes écologique gers


Site hébergé par AMEN, édité par Jan FLAAM
Tous droits réservés sur textes et photos - Copyright © 2011

Contactez l'auteur à coustets@orange.fr
Mise à jour mardi 1 novembre 2016