Contact :
Jan FLAAM
coustets@orange.fr
05 62 31 70 83

Légendes, histoire des gitans et Sara la Kali...

Les roulottes et les gitans...

Cet hébergement insolite, inhabituel, original, atypique... a été très longtemps le seul habitat des gens du voyage. On les connaît, selon leur lieu de vie, sous les noms de gitans, bohémiens, tziganes, roms, etc...

Il n'existe que très peu de "vraies" roulottes car dans la tradition gitane, lorsque le chef de famille mourrait sa roulotte était brûlée !

Aux origines, ce peuple vient de l'Inde. Il s'est déplacé au départ leur fardeau sur le dos, puis a pris, quand cela était possible, un âne ou un cheval, pour ensuite se mouvoir avec des chariots bâchés. Cependant, on ne dormait pas dans le chariot mais en dessous. De même on ne cuisinait pas à l'intérieur mais dehors. Ce n'est que fin XIXè, début XXè qu'ils ont adopté la roulotte en bois fermée. On ne s'en servait que pour dormir et ranger ses affaires. On continuait à cuisiner dehors.

Selon la région ou le pays, les roulottes sont différentes, de couleur ou non, en bois généralement, décorées et sculptées.



Notre roulotte nommée Sara...

Pourquoi la nommer Sara la Kali ?
Cette sainte est adorée par la communauté tzigane. Des milliers de gitans, tziganes et autres roms se retrouvent pour la fêter chaque année aux Saintes Marie de la Mer. En effet, selon la légende elle aurait été la servante des deux Marie arrivées en barque à cet endroit après la disparition de Jésus.

Prière à Sainte-Sara

Sara, Sara, Sainte et amie,
Ecoute-moi, je t'en supplie,
Sara, Sara, Sainte et amie,
Entends ma voix, ma voix qui prie.
Tu es de tous, de tous nos voyages,
Car nous te portons dans le coeur,
Tu nous redonnes le courage,
Quand tombe sur nous le malheur.
Nous t'offrons de jolis manteaux,
En Camargue, aux Saintes-Maries,
Pour nous, ici, tout est plus beau,
Car nous y repuisons la vie.
Pour notre grand pèlerinage,
Tu es sacrée comme une reine,
Nous venons ici d'âge en âge,
Te prouver notre foi chrétienne.
Nous te confions nos secrets,
Nous te présentons nos enfants,
Nous t'apportons de gros bouquets,
Nous t'embrassons le coeur battant.
Ce soir, nous chanterons pour toi,
Nous danserons autour du feu,
Nous ne serons plus qu'une voix
Qui Monte, à travers toi, vers Dieu.

Bohémiens en voyage

La tribu prophétique aux prunelles ardentes
Hier s'est mise en route, emportant ses petits
Sur son dos, ou livrant à leurs fiers appétits
Le trésor toujours prêt des mamelles pendantes.
Les hommes vont à pied sous leurs armes luisantes
Le long des chariots où les leurs sont blottis,
Promenant sur le ciel des yeux appesantis
Par le morne regret des chimères absentes.
Du fond de son réduit sablonneux, le grillon,
Les regardant passer, redouble sa chanson;
Cybèle, qui les aime, augmente ses verdures,
Fait couler le rocher et fleurir le désert
Devant ces voyageurs, pour lesquels est ouvert
L'empire familier des ténèbres futures.
Charles Baudelaire



Site hébergé par AMEN, édité par Jan FLAAM
Tous droits réservés sur textes et photos - Copyright © 2011

Contactez l'auteur à coustets@orange.fr
Mise à jour mardi 1 novembre 2016